Je sais que cela peut sembler arriver tout le temps, mais j’ai quitté Camunda et j’ai commencé un nouveau poste. (J’irai où dans une minute.) Bien que cela puisse sembler d’après this, et [this](/posts/ work/what-in-the-job-hopping-hell/) que je change tout le temps d’emploi, ce n’est pas tout à fait vrai.

Plus tôt dans ma carrière, les choses étaient très différentes. J’ai travaillé chez Sun Microsystems (un moment de silence, comme toujours) pendant 15 ans et, si Oracle ne les avait pas achetés, j’y serais probablement encore. Mais les temps étaient différents alors. L’industrie a beaucoup changé, et notre façon de travailler aussi.

J’étais chez InfluxData pendant presque 3 ans, puis un court séjour chez QuestDB, puis presque 2 ans chez [Camunda](https: //camunda.com).

Et après?

C’est probablement une vieille nouvelle pour certains d’entre vous, mais j’ai quitté Camunda début juillet. J’avais prévu un road trip de 3 semaines avec ma fille (je posterai surcette aventure une autre fois), donc le moment n’aurait pas pu être meilleur. J’ai pu prendre tout le mois de juillet pour me détendre, me ressourcer et avoir un vrai temps d’arrêt. Ce. A été. Glorieux.

Mais je suis de retour maintenant (ça fait un mois, vraiment) et j’étais prêt à reprendre le travail après le mois de congé.

L’une des choses que je visais depuis un certain temps était en fait de créer et de gérer une équipe de Developer Advocates. C’était dans mes objectifs à long terme depuis un certain temps et ce printemps, il y avait énormément d’opportunités de le faire. J’ai passé la majeure partie des mois de mars, avril, mai et juin à passer des entretiens comme un fou, et j’ai probablement refusé 10 fois plus d’opportunités d’entretiens que j’en ai prises (c’est le moment idéal pour travailler dans les relations avec les développeurs ! Si cette carrière vous intéresse , écrivez-moi et je peux travailler avec vous pour vous aider à démarrer).

Quoi qu’il en soit, au moment où j’ai quitté Camunda, j’avais 2 offres sur la table et une troisième sur le point d’arriver. Des choix difficiles ont dû être faits !

Comment décider ?

Les 2 offres les plus prometteuses étaient, sans être exactement les mêmes, similaires. L’un était “Directeur des relations avec les développeurs” et l’autre était “Responsable du plaidoyer des développeurs”. Si vous n’êtes pas familier avec les relations avec les développeurs (DevRel), ces 2 rôles peuvent sembler identiques, mais ils en sont loin. Le directeur de DevRel est la personne responsable de la direction générale de l’ensemble du programme DevRel. Cela englobe généralement la plupart, sinon la totalité, des fonctions suivantes :

  • Plaidoyer des développeurs
  • Expérience développeur
  • Documentation
  • Communauté
  • Événements Le directeur a donc beaucoup de responsabilités et une grande équipe de contributeurs individuels et de gestionnaires. Le responsable du plaidoyer des développeurs est généralement le responsable des défenseurs des développeurs au sein de l’équipe DevRel plus large, qui relève du directeur de DevRel.

De toute évidence, le travail de directeur aurait été une entreprise plus importante, mais cela m’aurait donné l’opportunité de construire, à partir de zéro, un programme DevRel complet, de la soupe aux noix. Est-ce que j’aurais pu faire ça ? Oui probablement. Serais-je capable d’en faire un excellent travail ? Aucune idée.

Le rôle de Head of Developer Advocacy était plus petit, mais avec beaucoup de responsabilités. J’ai donc dû sérieusement faire le point sur mes compétences, mes capacités actuelles et où je voulais aller. Un jour, j’aimerais pouvoir intervenir et créer et gérer une organisation DevRel entière. Rampez, marchez, courez.

Où suis-je allé?

Finalement, j’ai accepté le poste de responsable du plaidoyer des développeurs chez StarTree. C’est une petite startup, mais c’est aussi de retour dans un domaine que je connais et que j’aime : les données et l’analyse. Au cas où vous ne seriez pas familier, StarTree est une entreprise construite autour d'Apache Pinot, un magasin de données OLAP pour l’analyse en temps réel.

J’ai commencé le 1er août, donc j’arrive sur un mois de travail et je dois dire que j’adore vraiment ça. L’entreprise est pleine de gens incroyablement intelligents, gentils et vraiment gentils. La technologie est vraiment étonnante dans ce qu’elle permet aux entreprises de faire. L’équipe que j’ai est incroyable. Je ne pourrais pas être plus heureux. De plus, j’ai l’impression, pour la première fois depuis longtemps, que j’apporte réellement une valeur réelle à une organisation. Et ils me l’ont répété à plusieurs reprises. Je suis au bon poste, dans la bonne entreprise.